La commune de Celles-sur-Ource

 

L’histoire de la commune de Celles-sur-Ource a été marquée par la construction de l’abbaye cistercienne de Mores en 1152. cistercium

 

Elle dépendit pourtant de la seigneurie de l’abbaye de Molesme jusqu’en 1250.

A cette date l’abbaye de Molesme s’associe pour moitié avec le comte de Champagne. Durant cette période, les moines de Mores font travailler les paysans sur leurs terres.

 

 

Sous le vocable de Sainte-Madeleine, l’église est édifiée au XVIème siècle, sauf les collatéraux qui le seront au XVIIIème.

 

En 1663, le jour de Noël, un grand incendie détruit les maisons des cinq principaux habitants.

Un arrêté du 14 mars 1791 attribue la plus grande partie du territoire de l’abbaye de la commune de Celles. On note une progression de la population.

Démographie Celles-sur-ource

En 1786 : 785 habitants
En 1790 : 890 habitants
En 1962 : 494 habitants
En 1968 : 525 habitants
En 1975 : 531 habitants
En 1982 : 505 habitants
En 1990 : 485 habitants
En 1999 : 455 habitants

 

 

 

 

Successivement la commune de Celles va faire partir du canton de Bar-sur Seine (29 janvier-29 novembre 1790), puis celui de Polisy jusqu’en l’An X, puis de Mussy-sur Seine.

Par décret du 30 janvier 1897, Celles est autorisée à s’appeler Celles-sur Ource. CELLES – ou mieux CELLE – est la traduction du mot latin CELLA (monastère).

 

 

Le champagne à Celles-sur-Ource

Ce n’est sans doute pas par hasard que Celles-sur-Ource est devenu un important centre de champagnisation.

Dom Perignon

Son vin était déjà connu dès le XIIIème siècle, mais il a fallu toute la ténacité de ces fils de manants qui cultivaient les domaines de l’abbaye de Mores pour arriver, à travers mille difficultés, à créer les entreprises actuelles.

Sans remonter au-delà de 1900, disons qu’à cette époque où le phylloxéra avait détruit la totalité des ceps, les vignerons de Celles ont entrepris la replantation.

Ils sont parvenus à force de travail, à reconstituer peu à peu un vignoble suffisant pour leur permettre de vivre. Mais ils souhaitaient faire mieux et champagniser sur place les vins que, jusque là , ils vendaient aux négociants.

 

 

La première tentative notable et réussie a lieu en 1919 et le champagne obtenu est primé à la foire de Troyes en 1924. Viennent ensuite les années de gelées : 1926, 27 et 28 qui empêchent toutes nouvelles entreprises.

 

A partir de 1929, quelques vignerons se lancent avec un certain succès. Mais c’est surtout au lendemain de la dernière guerre que la manipulation se développe de façon spectaculaire. En une vingtaine d’années, les plantations s’étendent cependant que la lutte contre les fléaux naturels devient plus efficace.

 

Aujourd’hui cent vignerons cultivent 250 hectares de vignes à appellation Champagne; une trentaine de producteurs expédient annuellement plus d’un million de bouteilles tant en France qu’à l’étranger, justifiant s’il en était besoin, la réputation du Champagne de Celles-sur Ource.

 

Quelques dictons / Proverb

Si la pomme passe la poire, c’est du vin qu’on pourra boire.

Brouillard en mars … gelées en mai.

Si juillet est beau … fais renforcer les tonneaux …

Mars pluvieux … an diseteux.

Froid  en mai et chaud en juin … donne pain et vin.

S’il tonne en avril … apprête tes barils …

A la St-Vincent l’alouette prend son chant et le vigneron son serpillon.

St-Vincent clair et beau … autant de vin que d’eau.

A la St-Eloi … c’est bon s’il fait froid.

En novembre, s’il tonne … l’année sera bonne.

Taille tôt, taille tard, rien ne vaut la taille de mars

3,616 total views, 8 views today